dimanche, août 16, 2009

ACTU : Woodstock Music and Art Fair - 40 ans

Il y a quarante ans tout juste, du côté de Bethel dans l'État de New-York, une foule hallucinante se massait pour voir en live les figures de proue de toute la période folk et psyché qui a rythmé les années 60 aux USA. Plus de 450 000 personnes sont réunis. On affronte la boue, la pluie et les buvards de LSD pour contribuer à créer le mythe : Woodstock, 15 août - 18 août 1969, le décor est planté.

UN MYTHE :
Dans l'imaginaire, ces trois jours demeurent l'apogée du mouvement hippie, du peace and love et de la contre-culture américaine, un havre de paix et de liberté dans une société qui s'industrialise et se codifie peu à peu. D'ailleurs le slogan choisi pour l'occasion reflète bien la tendance : « Trois jours de paix et de musique. Des centaines d'hectares à parcourir. Promène-toi pendant trois jours sans voir un gratte-ciel ou un feu rouge. Fais voler un cerf-volant. Fais-toi bronzer. Cuisine toi-même tes repas et respire de l'air pur ». En tout cas, c'est l'image qui reste, drogue, rock'n roll et liberté, une sorte de prémices aux luttes anti-conformiste, voir anti-capitaliste.

UN SUCCÈS POPULAIRE :
L'événement fait grand bruit, et de partout la jeunesse américaines débarquent, causant le plus grand embouteillage jamais connu aux USA, allant même jusqu'à forcer les organisateurs à s'assoir sur la recette de la billetterie tant il était impossible de contrôler le flux des visiteurs (qui soit dit en passant avaient fini par détruire les clôtures qui délimitaient les 240 hectares). Bref, on imagine le tableau d'une foule en folie, venu entrer en transe face à leurs idoles, car Woodstock, au delà du mythe, c'est quand même une sacrée programmation musicale.

DU SON :
Ok, on a sûrement vu de meilleurs prestations scéniques, et il faut bien dire que l'orgie de drogues psychédéliques et d'excès en tous genres n'a pas aidé... Je me souviens avoir vu Carlos Santana dans un documentaire raconter comment il voyait le manche de sa gratte se transformait en serpent, pas facile un accord barré sur une couleuvre... Et c'est clair que ça n'a peut-ête pas été le top à ce niveau, mais bon, j'aurais quand même bien aimé y être ! Je vous passe les détails de ces trois jours de concerts, vous trouverez tout ça à l'aise ici !

DES CRITIQUES :
En réponse à un article que j'ai récement lu, je voulais juste faire un petit clin d'oeil à ce moment qui a marqué l'histoire du rock, et même de la musique, même s'il est vrai que le concept part d'une idée commerciale, que le marketing et l'aspect financier ne colle pas vraiment avec les valeurs hippies sur lesquelles les organisateurs ont basé leur comm... Oui Woodstock ce n'est pas tout rose avec des filles qui se balladent les seins nus, et oui les artistes ont perçu des cachets etc etc... A quoi cela sert 40 ans après, de cracher sur ce qui restera de toute façon un des évênements majeurs du XXème siècle culturel. Ceux qui y étaient le savent, et sont entrés en quelques sortes dans l'histoire, chanceux qu'ils sont ! Nous on peut toujours essayer de vibrer en regardant le doc (primé) de Michael Wadleigh sorti en 70 ou réécoutant les enregistrements d'époques... C'est toujours ça !


Aucun commentaire: